«

»

Fév 15

Secret de musicien : la notation corporelle – l’approche O’Passo

logo O'PassoEn relisant le titre de cet article, je constate que j’ai indiqué plusieurs informations surprenantes dans ce titre :

  • le secret : qu’est ce qu’un secret? pourquoi est-ce un secret ?
  • la notation corporelle : Kesako ?
  • et enfin O’Passo  qu’est ce que c’est ??

Qu’est ce que la notation corporelle en musique ?

Vous connaissez tous la notation visuelle

C’est lorsqu’on représente une musique sur une feuille, que ce soit sous la forme d’une partition, d’une tablature, d’une grille ou tout autre moyen
Cette notation est celle qui est privilégiée dans l’apprentissage de la musique classique en occident : on apprend à lire ce qui est  représenté sur la feuille, puis à le jouer.

C’est d’ailleurs la raison du « blocage » de bien des musiciens qui ne peuvent jouer sans partition.

La notation auditive

est la manière de nous représenter un morceau que nous entendons : hauteur des notes, rythme, …. et qui nous permet de chanter ou jouer ce qu’on vient d’entendre.

Jouer d’oreille est la base de l’apprentissage pour de très nombreux musiciens qui sont en dehors de notre système d’apprentissage occidental.
Même les musiques savantes d’Inde sont transmises oralement.

Il est important de s’habituer à cette manière d’apprendre pour progresser vers l’improvisation.

La notation corporelle

est un concept peu répandu d’un point de vu théorique (en tout cas j’en ai très peu entendu parler), mais c’est ce qu’utilisent tous les musiciens d’un certain niveau : le corps prends des repères par rapport à la musique qui est jouée ou entendue, et ces repères sont inamovibles. Le musicien peut s’y fier à 100% car ils sont entièrement intégrés.

Les danseurs ont tous ces repères car ils travaillent la rythmique avec leur corps.
Les musiciens africains ou d’Amérique du sud ont pour la plupart cette manière de jouer de la musique.

Et chez nous c’est quelque chose qui est quasiment interdit : Je ne sais pas vous mais moi on m’interdisait de taper du pied lorsque j’apprenais le violon, au prétexte que voir un orchestre avec des musiciens qui tapent du pied, ce n’est pas joli !

L’utilisation du corps est donc largement absente de notre enseignement musical.

Pourquoi parler de secret ?

Et bien tout simplement parce qu’on n’en parle pas : les musiciens qui utilisent cette notation corporelle le font bien souvent sans s’en rendre vraiment compte, trouvent cela naturel car ils sont pour la plupart

  • soit des musiciens qui ont appris « au feeling », ou encore d’oreille la musique,
  • soit des musiciens qui après une solide formation technique (souvent classique) ont cherché autre chose et ont découvert qu’ils pouvaient aussi laisser leur corps s’exprimer.

J’ai d’ailleurs entendu Didier Locwkood lors d’une Master Class dire aux jeunes violonistes : « allez y, tapez du pied » !
Il est sur que c’est bien de dire « vous avez le droit de taper du pied ».

C’est bien mais ce n’est pas suffisant !
Car si taper du pied peut être une aide, il y a des manières de marquer les temps qui sont beaucoup plus complètes et qui apportent encore plus d’aide.

Et voilà mon introduction toute trouvée pour le chapitre suivant …..

La méthode O’Passo

J’ai en effet découvert cette méthode à l’automne dernier grâce à des amis musiciens et pédagogues.
J’ai lu (ou plutôt dévoré) le site internet et le e-book, et je me suis inscrit à un stage de 5 jours à Montpellier, qui me permet aujourd’hui de vous en parler, non pas en pro, mais en tout cas en ayant déjà bien dégrossi mon approche rythmique.

Ce que m’a permis cette méthode en 5 jours de stages

Nous étions 22 stagiaires et nous avons donné un petit spectacle à la fin des 5 jours (voir ci dessous la vidéo d’un extrait de ce spectacle).

Après le spectacle, lors du débriefing, l’un des stagiaire annonce, un peu contrit :  « Aie, je me suis trompé dans le 1er morceau ! »
Et Lucas (l’animateur) de demander : « qui ne s’est pas trompé ? » ….. une seule stagiaire répondit positivement.
Et pourtant, personne ne s’est perdu pendant le spectacle.

=> Tout le mode s’est trompé, personne ne s’est perdu. Que s’est il passé ?

Et bien ce qui a été nouveau pour moi, c’est qu‘on peut se tromper mais qu’on ne se perd plus : à tout moment avec la notation corporelle, notre corps « sait » ou il en est et il est très facile de se rattraper pour reprendre avec le groupe.

Même si la méthode ne permettait que cela ce serait déjà bien. Combien de fois me suis je perdu en improvisant sur une  grille, sans arriver à me rattraper rapidement ?

Mais l’approche O’Passo est beaucoup plus générale, laissez moi vous en dire un peu plus

La naissance de la méthode

Cette méthode a été développée au Brésil il y a 20 ans par Lucas Ciavatta, avec lequel j’ai eu la chance de faire le stage !
Mettre au point au Brésil une méthode pour être à l’aise avec le rythme, cela peut paraitre surprenant à nous autre européens qui percevons les brésiliens comme des personnes ayant le rythme « dans la peau ».
Mais Lucas nous explique que si les brésiliens maitrisent culturellement le rythme pour danser les musiques de leur pays, ils n’ont pas forcément la compréhension profonde de ces rythmes et ont donc du mal à en apprendre d’autres. Parfois même ils les font « à l’envers » sans même s’en rendre compte !

Cette méthode est aujourd’hui diffusée dans de très nombreuses écoles de musique au Brésil, et commence à arriver en Europe, Canada, US, ….

Les bases de la méthode

O’Passo signifie « le pas » en portugais.

Le postulat de base est que tout le monde sait marcher !
C’est donc le pas qui va nous donner la base de la notation corporelle. Même un jeune enfant est capable de marcher et de taper dans ses mains à chaque fois qu’il pose un pied par terre pour un nouveau pas : regardez à ce sujet la vidéo ci dessous (Lucas avec un jeune enfant)

 

O’Passo va donc nous proposer de faire des pas avec nos pieds de manière à marquer le temps, en formant des figures géométriques suivant les mesures jouées : un carré pour une mesure à 4 temps, un triangle pour une mesure à 3 temps, etc …
Nous avons ainsi joué sur des mesures à 7 temps sans nous perdre le moins du monde, et Lucas nous affirme que l’on peut maitriser aussi du 9 temps, 11 temps, ….
Et lorsqu’on joue, miracle, on sait toujours où est le premier temps !

Mais ceci n’est que le début …

Quelques concepts

O’Passo introduit la notion de position : en effet dans un rythme, ce qui est important n’est pas tant la durée de la note que l’endroit de la mesure où elle est  jouée.
Les musiciens de jazz appellent cela le »placement rythmique ». On sait son importance, mais il n’y avait pas vraiment de méthode systématique pour l’apprendre. C’est la proposition d’O’Passo.

Voici en effet 3 rythmes dont les notes ont exactement les mêmes durées, mais dont la position dans la mesure n’est pas la même.
partition rythme à taper
Si vous tapez dans les mains sans marquer les temps, ces rythmes seront perçus exactement de la même manière pour un auditeur extérieur.
Et pourtant vous serez d’accord je pense pour dire que la difficulté de les produire n’est pas la même pour les 3 rythmes !
De plus êtes vous d’accord pour dire que les notes de chacun de ces rythmes sont des noires (à l’exception des liaisons entre mesure, l’écriture ne met en jeu que des noires)

Et bien c’est justement la raison pour laquelle O’Passo ne nomme pas de la même manière la première note de chacun de ces rythmes : le nom ne dépend pas de la durée de la note (noire, croche, …) mais de sa position par rapport au temps : la note aura un nom différent suivant si elle est jouée sur le temps, sur le demi-temps, sur le 1/4 de temps, sur le 1/3 de temps, ….!

Et je peux vous dire qu’à pratiquer, cela est très puissant …

La notion d’autonomie

L’objectif est que chaque musicien devienne sûr de lui et puisse jouer en se faisant confiance. Dans combien de chorale voit on en effet un chanteur, qui hésite, se « caler » sur celui d’à coté qui est plus chevronné ?

Pour acquérir cette autonomie, nous avons réalisé des exercices seuls et aussi et surtout à plusieurs, chacun ayant une partition (avec la notation O’Passo) d’un rythme différent, qu’il doit « tenir ».

Exemple :  deux musiciens tapent dans leurs mains en même temps les rythmes 1 et 3 de la partition ci-dessus : l’un tape la 1ere ligne, l’autre la 3eme (faire une boucle). Essayez avec un ami !
Dans la méthode classique, pour un musicien qui n’est pas très confiant en lui, je parie que si on accélère le tempo, celui qui tape la 3eme ligne va se faire « happer » par celui qui tape la 1ere et ils vont vite se retrouver à l’unisson  !
Avec O’Passo, les repères corporels donnés par les temps vont permettre à chacun de « tenir » son rythme sans difficulté.

Voilà, vous avez compris que j’ai découvert une manière d’approcher le rythme qui m’a enthousiasmé, et je souhaitais donc la partager avec vous

Pour aller plus loin

Lire un peumethode O'PAsso - Lucas Ciavatta et Jerome Viollet

Photo ci contre : Lucas Ciavatta et Jerome Viollet
   crédit photo : Céline Dulac

Vous pouvez bien sûr et en premier lieu consulter le site de Lucas Ciavatta : http://www.opasso.com.br/

Je vous conseille de commencer par la lecture des principes de base de la méthode.

Pratiquer

Il est également essentiel d’apprendre en pratiquant. Pour cela, des musiciens enseignants chevronnés sont affiliés à l’Institut O’Passo. Ils ne sont pour l’instant que trois en France.

A Montpellier mon ami Jérôme Viollet
Jérôme organise des stages en avril (22 et 23 avril) et en mai voir son site combination-perfecta

A Besançon : Thomas Nicol qui enseigne au conservatoire

A Hericourt (près de Belfort) : Eva Riot qui enseigne au conservatoire

 

VOIR AUSSI l’article « retour d’expérience » que j’ai écris 6 mois après ce stage

 

Pour finir, voici un extrait du « spectacle » réalisé à Montpellier à l’issu du stage auquel j’ai participé
(vous trouverez de nombreuses autres vidéos sur le site d’O Passo si cela vous intéresse).

Je vous propose un exercice : vous verrez sur cette vidéo que 3 groupes tapent 3 rythmes différents, qui se complètent.
Essayer de trouver les 3 rythmes qui sont frappés !! et proposez vos solutions dans les commentaires…
Petite aide : chaque figure rythmique dure 1 mesure à 4 temps.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. celinelamusiqueetvous

    Génial Ghislain, merci ! J’ai adoré faire ce stage moi aussi ! J’ai fait tourner ce rythme dans ma tête pendant au moins une semaine après ça…
    De retour à la « vie normale », j’ai commencé à l’appliquer avec mon grand loustic qui fait du piano et ça fonctionne plutôt pas mal : je lui fais chanter la main droite de ses morceaux de piano en frappant le rythme de la main gauche tout en faisant le pas façon O Passo, puis l’inverse (chanter la main gauche en frappant le rythme de la partie de main droite) et après ça, le morceau lui semble beaucoup plus simple. J’ai commencé à l’utiliser aussi pour moi en flûte (je chante en faisant les pas, puis je joue en faisant les pas) et j’apprends plus facilement les passages difficiles. Vivement la rentrée que je puisse tester avec mes élèves !
    Le montage de mon reportage est en cours, c’est promis, je prends un peu mon temps, mais j’espère le publier au plus tard début mars. Il me reste juste le sous-titrage à faire 🙂

    1. Ghislain

      Oui je crois qu’une fois qu’on a attrapé le virus, on va le garder avec plaisir !
      C’est vrai que j’ai omis de parler dans l’article de l’indépendance.
      Comme nous l’a fort bien expliqué Lucas, le pas est le « chef d’orchestre » et chaque voix jouée ou frappée est coordonnée avec ce chef d’orchestre.
      Pour le pianiste par exemple, on ne parle plus de coordination de la main droite avec la main gauche, mais de la coordination de chaque main avec les pas.

    2. Hytte

      Bonjour Céline, je suis très intéressée par ton reportage ! Pourrais tu mettre un commentaire sur cette video pour nous prévenir de sa diffusion ?
      Je suis prof de piano et très intéressée par la méthode !
      Merci par avance

  2. Hytte

    Hello Ghislain,
    Merci pour ton article et la vidéo de ton stage sur youtube. Très intéressant !
    j’ai découvert la méthode O Passo il y a qq jours grâce à internet et lu les articles correspondants ainsi que les fiches proposés sur son site. Sais tu si Lucas Ciavatta ou des profs affiliés proposent des stages en 2017, plutôt dans l’ouest ou sur Paris ? Merci !

    1. Ghislain

      Bonsoir
      Je viens d’interroger Jérôme : à sa connaissance, il n’y a pas de formateur en région parisienne ni dans l’Ouest de la France, Cela viendra surement bientôt, car O’PAsso commence à diffuser mais nous en sommes encore au début en France..

    2. Ghislain

      Je viens de recevoir un message : Lucas est en déplacement à Beauvais les 25 et 26 mars et il y anime un stage de 2 jours.
      Je te fais parvenir les infos par mail

  3. viollet

    bonjour hytte, je suis professeur de l’institut O Passo. Je propose 3 We de formation professionnelle à montpellier : http://combinacion-perfecta.com/node/53
    à bientôt
    jerome Viollet

  4. mniha

    c’est marrant, c’est ce que je fais naturellement depuis que je suis petite et c’est come ça que j’ai appris la musique à une enfant dont je m’occupais…. sachant que je n’avais jamais pris aucun cours de musique avec prof…

    1. Ghislain

      Hello Mniha

      Effectivement, cela parait « naturel » car la méthode reprend ce qui est instinctif chez les hommes (et femmes ) : la marche.
      Et comme je l’indiquais plus haut : les musiciens qui ont appris d’oreille ont souvent inconsciemment intégré cette notion de marquage corporel.

      Ce que Lucas a cependant pointé c’est qu’on peut jouer un rythme apparemment « correctement » avec les autres, et pourtant le « penser » à l’envers si on n’est pas parti sur le bon repère du temps.

      Il nous a pour cela proposé quelques exercices d’écoute durant lesquels nous devions
      – repérer le premier temps
      – ou trouver le nombre de temps de la mesure.
      Nous avons constaté que ce n’est pas toujours évident dès qu’on s’écarte un peu de nos habitudes !

Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !