«

»

Août 16

Resoudre une phrase musicale avec le rythme (inspire de la methode Bob Moses – 2)

Dans un précédent article, je vous exposais les principaux concepts de la méthode du batteur BOB MOSES, et je vous montrais comment j’ai commencé à travailler pour ressentir les différences entre les 8 points principaux de résolution de sa méthode.
Je vous rappelle

  • que ces 8 points de résolution sont simplement les 8 croches qui constituent une mesure à 4 temps.
  • que « résoudre » signifie être capable de démarrer une phrase n’importe ou dans la mesure (ou une mesure précédente) et de la terminer sur un point précis (le contraire de l’image ci-contre !)

Pour ceux qui n’ont pas lu l’article précédent, je vous conseille de le consulter avant de lire celui ci, en CLIQUANT ICI.

J’y ai en effet expliqué ce que sont ces 8 points et pourquoi il est important de s’imprégner de la sensation qu’ils nous procurent.

Pour cela, je vous ai proposé de les jouer de manière simple : il s’agissait jouer une phrase qui commence sur ce point. Dans les exemples, la phrase était réduite à sa plus simple expression puisque c’était la seule note de la mesure !

Ce que nous propose Bob Moses est plus élaboré : il nous dit que ces points sont des points de résolution, c’est à dire qu’ils doivent être la conclusion d’une phare musicale.

Méthode d’apprentissage des 8 points

Bob Moses préconise de s’entrainer sur 2 mesures afin d’avoir l’espace suffisant pour créer un élément de répétition nécessaire pour groover, et pour avoir la place pour vraiment résoudre.

Donc le point étudié ne reviendra qu’une mesure sur 2, puisqu’on joue en boucle.

Conséquence : il propose donc en fait de s’entrainer sur 16 points qui sont les 16 croches ci-dessous.

image

A titre personnel, j’ai également écrit les rythmes avec l’écriture de méthode O Passo, voilà ce que cela donne :

image

Ci dessous, je reprendrai parfois les deux écritures en les mettant côte à côte.

Je ne vais pas exposer ici tous les conseils donnés par Bob Moses pour s’imprégner des ces 8 points (pour cela, référez vous directement à la méthode), je vais juste détailler son approche pour un des points. : le « e » du 4.
La méthode est ensuite la même pour les autres points.

L’entrainement sur le « e » du 4 de la première mesure

Choisissons donc pour commencer le point de résolution « e » du 4 de la première mesure.

Première étape

Il est important de visualiser ce point, de s’en faire une image mentale.
Sur la partition « classique », j’ai mis un accent sur le point concerné.
Sur la notation O Passo, on souligne les temps marqués.

image   image

 

Dans tous les exercices, ce qui est important est de focaliser sur ce point de résolution : peu importe ce qui est joué avant ou après.
Il est l’élément qui apporte la cohésion, l’élément de répétition qui va apporter le groove.

En effet, après l’avoir joué sans interruption pendant une ou 2 minutes, il semble être devenu inévitable : on entend exactement sa place (d’ailleurs cela aide à garder le tempo) … et l’auditeur l’attend !
Et vous savez sans doute que générer une attente est crucial : soit pour y répondre … soit parfois pour la déjouer !

Avant de commence à jouer, commençons par chanter le rythme.
On peut le faire par exemple avec des onomatopées.

Bob Moses ne donne pas d’exemple, moi j’utilise Toum sur la croche de résolution et tak sur les autres.
Ici cela fera donc : tak – tak – tak – tak – tak – tak – tak – Toum – tak – tak – tak – tak – tak – tak – tak – tak

Pour ma part, je le fais comme indiqué dans la vidéo insérée dans le 1er article (oui, oui, il fallait le lire en entier !!) : je met le métronome qui bat à la blanche (tempo d’envion 60 à la blanche) sur les temps 2 et 4.

En chantant ainsi plusieurs minutes le rythme étudié, on arrive à ressentir une mélodie qui s’installe.
Et vous verrez : lorsque cela vient, plus besoin de compter : on mémorise juste la mélodie.

Ensuite on peut amuser à le jouer au violon.

Deuxième étape

Une fois la sensation obtenue, on peut jouer des rythmes qui résolvent sur ce point.
Voici deux exemples donnés dans la méthode :

image    image

Et un essai à ma manière :

image    image

Et un exemple à ma manière :

Il ne faut pas hésiter à exagérer les résolutions, comme le ferait le batteur d’un Big Band !

Troisième étape

Une fois, et une fois seulement que l’on a bien ressenti et intériorisé ce marquage,
on peut commencer à l’utiliser intérieurement plutôt qu’extérieurement (c’est à dire le ressentir sans forcément le jouer) et avoir ainsi une approche un peu plus subtile.

L’exercice suivant, ci dessous, peut être utilisé en Rock.
Encore une fois, il faut le pratiquer suffisamment longtemps et souvent pour ne plus avoir du tout besoin de compter.

image  image

Application

La musique consiste bien sûr en des phrases, et pas juste des notes individuelles.
Cette méthode de résolution consiste à nous permettre de résoudre, et pas seulement à atteindre un point précis.
Il est donc utile à ce stade de penser à une phrase musicale, et à la traduire sur votre instrument.

Faites vos propres phrases avec vos rythmes, en fonction du style que vous jouez, et faites les résoudre sur le point que vous travaillez.
Jouez les maintes fois en boucle pour bien les intégrer.

Etape suivante

Une fois cela acquis sur des phrases jouées en boucle, avant et après ce point, vous pouvez maintenant jouer des phrases différentes.

Le seul point commun de vos phrases sera maintenant le point de résolution suivant .

image

Attention : toujours garder le même point de résolution, n’en changez pas !!

Quelques exemples pour travailler les autres points :

Le « e » du 2 dans la 2eme mesure

image

Le « e » du 3 dans la première mesure

image

Le « e » du 3 dans la deuxième mesure

image

Le « e » du 1 dans la première mesure

image

Le « e » du 1 dans la deuxième mesure

image

Le 4 dans la première mesure

image

Le 4 dans la deuxième mesure

image

Le 2 dans la deuxième mesure

image

Le 1 dans la deuxième mesure

image

 

Quelques autres concepts

Dans la suite de sa méthode, Bob Moses aborde deux autres concepts que je ne vais pas décrire ici en détail, qui sont :

  • l’importance de bouger avec son corps, et de danser.
    Car cela met en évidence l’intention. Le plus important n’est pas ce qu’on joue mais comment on le joue ; mieux vaut jouer quelque chose de simple avec une vraie intention.
    Comme intention, il donne pour exemple des adjectifs comme  : jouer rond, circulaire, sensuel, fort, puissant, subtil, gentil, …
  • l’importance de chanter : si on n’arrive pas à chanter quelque chose, alors il est certain qu’on n’arrivera pas à le jouer !

 

Voilà, je n’ai pas fait de vidéo pour cette deuxième partie d’exposé de la méthode, j’espère que cela quand même est clair pour tout le monde !

A nos violons …. !!

 

Just for FUN

Maintenant, vous pouvez vous amuser à regarder si dans les morceaux que vous jouez, vous repérez cette répétition rythmique inscrite dans la mélodie.

Et justement, je suis en train de jouer « Don’t know why » de Jesse HARRIS et qu’est ce que je vois ?

Et bien ici c’est le 2ème temps de la 2eme mesure qui est le point de résolution.
Regardez !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !