«

»

Avr 02

Comment improviser : la broderie

la broderie au violonLa broderie est une manière très intéressante pour aborder l’improvisation.
Elle est également très agréable à entendre pour les auditeurs.

C’est donc une pratique à (re)mettre à l’honneur dans notre pratique de musicien !

L’approche de l’improvisation dont j’ai le plus entendu parlé est celle qui consiste à utiliser les accords de l’harmonie et qui sont regroupés dans ce qu’on appelle « la grille ». C’est ce que j’illustrais dans le dernier article « quelle note jouer pour improviser« .

On oublie trop souvent que la première source de notre inspiration – et qui a inspiré aussi la personne qui a harmonisé – est la mélodie.

La broderie autour de la mélodie est une pratique d’improvisation qui a été très utilisée par Stephane Grappelli, un des plus grands violoniste de jazz.
J’ai l’impression qu’elle est assez peu citée et enseignée, ce qui me semble dommage car j’ai un grand plaisir à « broder » lorsque je joue.
Voyons comment cela marche :

La broderie : principes

Lorsque j’aborde un morceau, avant même de commencer à improviser, je commence par bien m’imprégner de la mélodie.
Un des premiers exercices que je fais pour m’assurer que je l’ai bien « dans la peau » est de jouer avec un accompagnement (même artificiel !) , de m’arrêter alors que l’accompagnement continue, et de reprendre quelques secondes (ou dizaines de secondes) plus tard là ou l’accompagnement a continué.
Évidemment, au début il suffit de chantonner la mélodie pour bien me rattraper.
Mais après, par exemple, je parle à quelqu’un d’extérieur, puis j’essaie de me repérer pour reprendre. Cela n’est pas toujours évident au début !

Ensuite, une fois que je pense maîtriser suffisamment cette mélodie, j’ai envie de m’en échapper un peu et de « tourner autour ».

Pour cela, je m’amuse à

1- Décaler rythmiquement les notes : vers l’avant, vers l’arrière, en changeant la durée
C’est un exercice qui n’est pas aussi évident qu’il en a l’air, car le risque est de se décaler.
Il est donc important de garder de bons repères.
Pour ma part depuis que j’utilise la méthode O Passo, que je vous ai déjà exposée dans le BLOG, tout est facilité!

2- Enlever des notes
Cela n’est pas toujours évident, car on a plus tendance à rajouter qu’à enlever ! C’est un bon exercice

3- Remplacer une ou des notes
Il faut arriver à le faire avec mesure pour ne pas trop s’éloigner de la mélodie qui nous inspire.

4- Tourner autour des notes
En rajoutant de petits motifs mélodiques et rythmiques
C’est d’ailleurs de là je pense que vient l’expression « broder »

Par la suite, je trouve un grand plaisir, lorsque j’improvise, de retourner de temps à autre à la mélodie et de border autour avant de m’en éloigner.

Comme je l’écrivais ci-dessus, et pour conclure cet article, n’oublions pas que

la mélodie est la première source d’inspiration de l’improvisateur !

 

Illustrations

Frédéric illustre sur la vidéo ci dessous comment broder, en reprenant la thème « les Valseuses » de S. Grappelli
Vous pouvez retrouver la partition en bas de l’article précédent du BLOG.

 

 

 Si vous avez aimé cet article : n’hésitez pas à liker et à partager
et n’hésitez pas non plus à utiliser les commentaires ci-dessous pour compléter et donner votre avis. Merci !

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.