«

»

Mar 15

5 étapes pour analyser un morceau

analyse partition pour improviserL’analyse d’un morceau que l’on souhaite jouer, que ce soit en musique classique ou tout autre style de musique, nécessite quelques connaissances et beaucoup de bon sens !

Au début lorsque je travaillais un morceau, je ne savais pas exactement comment procéder et je faisais rarement l’ensemble de ces étapes.

Je vous expose ci dessous les 5 étapes que j’utilise aujourd’hui.

Première étape : ECOUTER

C’est la plus évidente mais aussi la plus importante sans doute, et encore faut-il en prendre conscience.

Ecouter bien sur la version originale si elle existe !
Ecouter des versions au violon également, même si on n’en trouve pas toujours.
Ecouter aussi des versions de saxophonistes, trompettistes, pianistes, chanteurs, etc ….
On ne se souvient pas de tout mais c’est important de s’imprégner du morceau que l’on va aborder.

UN TRUC => lorsque je travaille un morceau, je créé un dossier dans la barre personnelle de mon navigateur et je sauvegarde les liens des versions qui me plaisent, afin de les ré-écouter facilement par la suite.

Deuxième étape : le CONTEXTE et le RYTHME

Savoir qui a écrit le thème, dans quel contexte, etc …. est souvent riche d’enseignement et peut permettre d’être plus attentif à certains aspects du morceau.

Le titre lui même est parfois évocateur !
C’est également un bon moment pour progresser dans sa culture musicale.

La partie rythmique est un élément qui me pose encore problème.
Je la met dans ce paragraphe car il ne suffit bien souvent pas de lire les (maigres) indications portées sur la partition. Savoir qui a écrit, à quelle époque, dans quel pays, est un des éléments de compréhension du tempo, du rythme. Pour ma part, je me fie à l’écoute de la version originale !!

Troisième étape : la STRUCTURE

Il existe de nombreuses structures possibles de morceaux. Quelle est celle qui correspond à mon morceau ?

On trouve couramment

  • Les structures de 32 mesures, qui peuvent être de plusieurs types
    On note par A, B, C, D des morceaux de 8 mesures.
    La structure type peut être  AABA ,  ABAC , ABA’B , ABCD, …
    Ces structures sont héritées de l’histoire du jazz (voir ICI un résumé) et il est utile de connaitre leur origine – assez souvent des chansons – avant de les interpréter.
  • La structure du blues en 12 mesures ; voir notre précédent article sur le sujet pour l’interprétation

=> un TRUC : très utilisé en jazz, c’est la notation du morceau sous forme de grille.
Chaque mesure est représentée par un rectangle, et on place 4 ou 8 rectangles (donc mesures)  cote-à-cote pour une ligne.
Cette notation est très visuelle et permet d’un seul coup d’oeil d’appréhender l’architecture globale.

grille Beautifull love

 

Exemple  ; ci contre l’extrait d’un grille avec 4 lignes de 8 mesures chacune.
Le nom des accord est noté dans les cases.

La structure de ce morceau est de type ABAB’

Il ne suffit cependant pas seulement de comprendre la structure, mais de savoir ce qu’elle sous tend en terme d’interprétation.

 

ATTENTION : les partitions sont malheureusement régulièrement des pièges, car ceux qui les écrivent ne pensent pas toujours à respecter la structure ! Ceci est valable dans tous les styles de musique.

Exemple : j’ai cherché la partition de « la Bohème » de Charles Aznavour.

Voici le document que j’ai trouvé : Télécharger la partition
Vous conviendrez que cette partition ne permet pas de visualiser d’un simple coup d’œil la structure de ce morceau, qui est pourtant une chanson et qui est donc constituée de couplets et d’un refrain.

Si j’en écris la grille, avec les conventions ci dessus (4 mesures par ligne) vous pouvez voir que la structure est beaucoup plus évidente : 16 mesures de refrain et 16 mesures de couplet.   Télécharger la grille

 

Quatrième étape : la mélodie et la tonalité

Déterminer la tonalité d’un morceau peut paraitre simple à un musicien classique : il suffit de regarder l’armure !

Mais l’écriture d’une partition dans les musiques improvisées, notamment le jazz, n’est pas toujours rigoureuse et parfois …. il n’y a aucune altération indiquée à la clé !

ll y a donc quelques pièges à éviter et parmi les TRUCS pour repérer la tonalité d’un morceau, repérer l’accord de fin est souvent une bonne piste.

Il faudra ensuite regarder plus attentivement pour savoir si la même tonalité est conservée durant tout le morceau, où si l’on en change.

Au niveau mélodique, j’essaie de repérer

  • les répétitions : un thème joué et répété plusieurs fois, un motif rythmique, une note autour de laquelle « on tourne », …
  • les notes cibles : en fin de phrase notamment, les notes qui sont la conclusion
  • l’évolution de l’intensité dramatique (en faisant le lien avec la structure)
  • et les « étapes » par exemple des descentes chromatiques,

Cinquième étape : les enchainements harmoniques

Les accords sont notés dans la grille.
Il est utile pour improviser de ne pas traiter les accords les uns après les autres (cf l’article : improvisation harmonique ou mélodique) , mais de comprendre leur enchainement.

Je vous propose ci dessous deux vidéos pour illustrer la manière dont je m’y prends pour comprendre la grille :

  • l’une sur les conventions pour noter les accords

    Vous pouvez également consulter un cours d’harmonie plus complet ICI

  • l’autre est un exemple de la manière dont je m’y prends pour analyser un standard de jazz

 

 

Mots clés utilisés pour trouver cet article :analyse partition jazz,faire lanalyse du morceau de musique,grille d analyse d une partition classique

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !