«

»

Mai 23

Jouer c’est avant tout écouter … savons nous le faire ?

 Académie du chef d’orchestre Seiji OsawaSeiji Osawa

La video que je vous fais découvrir ci dessous est un reportage sur l’académie Seiji Osawa : c’est un stage de deux semaines pour de jeunes solistes qui apprennent sous la Direction de ce grand chef d’orchestre.

Cela vous surprendra peut être que je commente ici une video sur la musique de chambre !

Mais la musique est tellement universelle que de nombreux éléments qui sont abordés ici peuvent être repris dans les autres styles de musique. Profitons en.

Et notamment le principal : jouer, c’est avant tout écouter !

Pour ceux qui n’auraient pas le temps d’écouter l’intégralité de cette video, je vous propose sous la video le texte résumé des principaux échanges.

Extraits de la video : j’ai écris en italique les propos des jeunes musiciens

Première partie ; travail en quatuor

La plus merveilleuse formation est le quatuor, c’est la base de travail pour tous les joueurs d’orchestres.

Elle revêt une grande Importance même pour les solistes : certains d’entre eux n’arrivent pas à écouter l’orchestre de part leur formation. Et en musique de chambre, on reprend la musique à la base. On est obligé d’écouter les autres et de se parler. On est obligé d’écouter les différents instruments.

Les solistes aussi. Le danger pour eux c’est qu’au cours de leur formation, certains solistes n’apprennent que leur instrument et ne savent pas écouter autre chose.

(..)

La plupart des gens songent seulement à « comment devenir soliste, comment faire carrière, comment passer les concours »… ici on redevient une personnalité parmi quatre. Cela oblige à donner son avis, à s’adapter.

C’est incroyable, on réunit 4 musiciens qui ne se connaissent pas, qui n’ont jamais joué de quatuor. Et en deux semaines, on répète 1 ou 2 mouvements seulement, et pas des œuvres entières. C’est l’opposé de se qu’on fait le reste de l’année ! Apprendre vite, jouer tout de suite …
Ici on approfondit vraiment. Même si on n’apprend que 2 mouvements, ils nous habitent en permanence.

Le principe du quatuor à mon avis est d’ouvrir sur la musique. Le travail en orchestre et en quatuor est similaire, il est très stimulant pour les jeunes.

Ici j’apprends à exprimer ce que je veux, et à respecter ce que les autres veulent.
Quand on travaille une partie de soliste, on en parle avec notre professeur. Mais en musique de chambre, les avis s’affrontent.
En musique de chambre c’est un choix collectif et nous faisons partie de ce choix, contrairement à l’orchestre dans lequel on suit le chef.
La quatuor est donc la base de la musique classique.

L’important quand vous jouez, quelque soit l’instrument, est de comprendre son rôle dans le groupe.
De toujours offrir aux autres l’occasion de s’exprimer de la plus belle manière possible.Il faut pénétrer l’esprit des autres.Mon travail est de faire que les autres sonnent de leur mieux.

On se pose des questions à plein de niveau : l’équilibre, que chacun ait sa part de liberté en conservant une unité.

Il faut arriver à créer son identité, sa marque sonore, en tant que quatuor ; créez votre caractère.

Il faut se comprendre avec nos particularités,, à partager, c’est une formation au service des autres. Ce n’est pas égoïste

Le plus important est de mettre son ego de coter :

A retrouver à 15′ de la video

La clé se trouve dans l’écoute.
En grand orchestre ou en petites formations, le secret est de s’écouter les uns les autres.
Pas seulement jouer ses notes, mais écouter les parties graves et les aiguës, et trouver sa place au milieu de tout ça. C’est facile à dire, mais pas à faire !
Jouer tout en écoutant les autres ….

C’est intéressant car pour un passage musical, on a des avis différents sur la manière de le jouer : on discute pour savoir l’idée qu’on va garder. Ce ne sont pas des disputes mais c’est un débat entre les musiciens.

On parle de technique mais au final, c’est surtout une affaire d’émotion : on parle de ce qu’on créé ensemble.

Deuxième partie à 34′ de la video : travail en orchestre sous la Direction de Seijo Osawa

Sa seule présence change tout dans la manière qu’ont les musiciens de jouer …

Témoignages :

La répétition avec Seij était incroyable !

Quand il s’est mis à nous diriger, j’ai immédiatement ressenti tellement d’émotions à la fois ….

Il a su me faire ressentir la musique de manière tellement intense.

On a vraiment ressenti quelque chose : c’est pour cela qu’on joue de la musique ! On peut aller vers les autres et les toucher avec cette musique.

A un moment le temps s’est arrêté et j’ai quitté la réalité. J’étais ailleurs, avec lui et les autres musiciens.

44′ : témoignage poignant sur « pourquoi je suis violoniste »

A 15 ou 16 ans, je me suis demandé pourquoi j’étais violoniste. Parce que je ne l’avais jamais vraiment décidé. On a tous commencé très jeune. J’ai commencé a 5 ans, j ne me souviens pas pourquoi. Ca a bien marche … et un jour on se rend compte qu’on est violoniste sans vraiment l’avoir décidé.

A aucun moment on a dit « je veux devenir violoniste »

On l’est avant de s’en rendre compte.

DE 14 a 16 ans , je me posais beaucoup de questions. Je me disais que j’avais peut être plus de talents pour autre chose … et que je serai plus heureuse si je faisais de la cuisine par exemple.

Je n’avais pas de réponse claire.

Et je suis venue à cette académie. Je me souviens de la première répétition avec Seiji

C’était la première fois que je jouais avec des amis à un si haut niveau.

Et j’ai réalisé qu’il ne fallait plus se poser de questions

J’ai su que je devais être reconnaissante d’être capable de jouer et de faire de la musique ici, maintenant avec ces gens

Et cela a changé ma vie ! Je n’ai plus jamais eu de regrets après cela.

 

Retrouvez vous vous aussi des similitudes entre les différentes approches de la musique que vous avez pratiqué ?

 

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !