«

»

Déc 01

Beautifull Love

Ah voilà un morceau que j’aime bien !

La première chose à faire bien sûr est d’écouter des versions, au violon bien sûr, mais aussi et surtout chantées !

Analyse rapide
Passons ensuite à une rapide analyse après avoir téléchargé la partition et la grillegrille Beautifull love

C’est une chanson, qui est constituée de 2 cycles de 16 mesures qui sont presque identiques, sauf les dernières mesures.
La version de la partition est en Dm ; tout le morceau est joué dans cette tonalité, avec une petite visite en FM lors des mesures 5, 6 et 7 (et donc 21, 22, 23)
Notons que le thème est constitué de phrases de 4 mesures
– 1ere phrase = anacrouse + mesures 1,2,3
– 2eme phrase = mesures 4, 5, 6, 7
– etc ….
En travaillant, je considère la 1ere phrase comme une question, la 2eme comme une réponse
La 3eme comme une nouvelle question, et la 4eme comme la réponse.
Cette interprétation m’est très utile dans l’interprétation, et aussi pour ne pas me « perdre » : j’acquiers ainsi des repères.

J’essaie par la suite la même méthode au niveau de la grille entière ; la première grille est une question (mélodie), et la deuxième est une réponse (impro).

J’utilise pour travailler l’accompagnement ci dessous.

Ce morceau ne comprend pas de difficulté technique particulière.
Mon objectif est de pouvoir le jouer sans partition, en l’interprétant de différentes manières et sans me « perdre ». Puis de pouvoir improviser sur la grille.

Mon travail est le suivant :
Je travaille la mélodie sur la première grille de 16 mesures sur mon violon en mettant un logiciel qui « tourne » sur la grille (Cubase ou Band in a Box)
J’enchaine la 2eme grille de 16 mesures en jouant les accords : je joue à chaque mesure 4 noires parmi les notes fondamentale, tierce et quinte, dans le grave.
Le secret pour jouer une ballade telle que « Beautifull love » est de travailler en noire, afin que même lorsqu’on jouera des notes longues, la pulsation soit bien sentie et fasse « groover » alors même que la mélodie est lente. C’est donc par ce travail sur la 2eme grille que l’on va sentir les noire bien plantées, au fond du temps, sans presser. C’est la base de la motricité de la musique.
On va également grâce à ce travail mémoriser l’enchainement des accords à force de jouer cette 2eme grille, ce qui permettra d’avoir de bon repaires lorsqu’on jouera la mélodie.

Je reprend ensuite la 1ere grille avec la mélodie, et le jeu doit être amélioré par la sensation obtenue lorsqu’on a joué les noires de la 2eme grille.

ll est possible également de faire la même travail sur des cycles plus courts : je mets souvent le logiciel en boucle sur seulement 4 mesures par exemple, et je fais le même travail.

Ensuite je rejoue la mélodie en essayant des modifications ; anticipations, retards, modification de durée des notes, en rajoutant des notes, en en enlevant, en substituant. L’objectif est de ne pas me perdre malgré ces modifications !
Je travaille sans partition et si je me perds …. j’écoute le logiciel et je me replace en jouant la mélodie.

Il est possible de trouver sur le WEB d’autres accompagnement : je vous en livre un en style manouch.

Comme pour les autres morceaux, si vous avez des enregistrements, n’hésitez pas à les partager 🙂

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !