«

»

Mai 28

Le stage qui m’aidera à percer le mystère de l’impro au violon

stage violon improvisation - PH

Voici un article invité de Pierre-Henri, violoniste montpelliérain, que j’ai croisé avec plaisir lors de différents moments musicaux, notamment en stage d’improvisation.
Pierre Henri nous propose ici son retour d’expérience des nombreux stages d’improvisation qu’il a réalisé en France et en Espagne.

Ca fait un bail (même 2 ou 3) que je rame avec mon violon pour sortir des sentiers battus et m’exprimer de façon personnelle en improvisant avec d’autres sur des standards de jazz.

Mon objectif reste basique : faire des chorus simples mais bien sentis qui mettent en valeur les possibilités rythmiques et mélodique de notre cher instrument (de torture n’est-il pas ?).

Après une année studieuse d’ateliers hebdos (avec Jean-François Angles saxophoniste à Montpellier) l’été revient avec de nombreuses tentations de rencontres musicales. Un peu partout fleurissent les stages… Indispensables pour garder le tonus musical puisque nos chères écoles tirent le rideau pour l’été, le stage est aussi l’occasion de travailler différemment :
–  la créativité,
– l’intensité,
– monter des morceaux pour un concert en quelques jours,
– l’écoute : tirer partie de complémentarités avec des musiciens qu’on découvre,
– la découverte : rencontrer des profs géniaux apprendre de nouvelles techniques de jeu – avec et même sans son violon (percussions vocales …).

Par contre ce n’est pas « cado ».
Outre le prix, les frais divers et d’été, le matos d’amplification, la tablette avec le Real book, … il faut absolument se préparer musicalement : réviser à fond quelques standards, de préférence en regardant les listes de ceux qui sont les plus joués, puisque le but ultime au-delà des heures d’atelier c’est quand même de pouvoir utiliser ses soirées et participer aux jam-sessions. Je vais passer en revue quelques expériences passées.

Ce que je recherche

  • Un stage où il y a une vraie place pour les instruments à archet avec un prof violoniste,
  • Rencontrer d’autres violonistes, s’inspirer de leurs recherches
  • Un niveau intermédiaire dans la connaissance du jazz et de l’instrument
  • Un mixte entre suivi personnalisé et le travail collectif
  • Un contexte de stage intéressant par exemple couplé à un festival
  • Une dimension voyage en France ou à l’étranger (c’est quand même pendant les vacances)
  • Ne pas se ruiner …

Et quelques difficultés

Ne pas se retrouver qu’avec des gens qui jouent du jazz depuis le collège et qui « chorussent » comme des dieux au risque de ne pas oser en placer une. J’ai souffert à Marciac il y a quelques années.

Arriver à gérer le son pour que le petit violon s’entendent dans des combos farcis de vents, cuivres, guitare amplifiée, basse, batterie …

J’ai repéré plusieurs formules

  1. Le stage « musique classique » qui propose une classe sur le jazz
  2. Le stage de jazz généraliste avec une classe cordes
  3. Le stage dédié au violon jazz
  4. Le stage de jazz sans classes de cordes mais avec un intervenant intéressant
  5. Le stage de jazz lambda près de chez soi.

Sur le 1) je trouve la formule intéressante :
Les violonistes issus du classique sont d’un haut niveau mais ils découvrent le jazz donc cela permet de ne pas être soi-même trop largué. On joue en général acoustique pendant les ateliers sauf éventuellement le jour du concert de fin de stage.
Environnement musical stimulant : concerts variés : classique, jazz, musique du monde … J’ai eu 2 expériences concluantes :

Sur le 2) c’est sans doute l’idéal mais rare.
Les violonistes y viennent pour le jazz,
le matin : travail en classe cordes (violon, violoncelle) l’après-midi est consacré au travail en combos.
On se retrouve alors en position d’instrument « soliste » mais bien entouré.
Le soir il y a des jam sessions et des concerts … immersion 100% jazzistique !!

  • Le modèle absolu c’est l’AKDT en Belgique toujours avec Aurelien Guyot
    http://www.akdt.be/index.php/component/sobipro/1498-guyot-aur-lien?Itemid=0
  • Un autre que j’aime particulièrement c’est Tallers musicals d’Avinyo (80 km de barcelone) avec Chritoph Mallinger (violoniste autrichien). Un petit village transformé par l’arrivée de tous ces musiciens stagiaires, professeurs …
    Attention petit problème de communication car tout le monde parle en catalan (espagnol quand même aussi)

Sur le 3) c’est le Graal !! c’est le plus rare
J’en ai trouvé (en Catalogne aussi).
L’avantage c’est qu’on est à fond sur la technique du violon tant en solo qu’en accompagnement (chops …). On essaye de se passer des habituelles sessions rythmiques.

  • Tout d’abord le Fiddle Congres de Barcelone tous les 2 ans (2016, 2018 …) Organisé par Oriol Saña, prof de violon jazz à l’école supérieure de Barcelone ESMUC. Plus d’une centaine de violonistes de tous les horizons. Des master-class dans tous les styles … des rencontres inoubliables http://2018.barcelonafiddlecongress.com/en/
  • Egalement avec Oriol, 3 jours de Fiddle campus de Bellaterra fin juin près de Barcelone. Travail en petit comité avec un quartet de cordes jazz prostage violon improvisation jazz
    Aupa Quartet https://www.smore.com/bqusg
  • et le petit dernier qui se lance à Majorque en 2017 sur 3 jours mi-juillet : toujours Oriol Saña avec Enrique Pastor prof et violoniste local (voir affiche ci-jointe).

 

 

 

 

Sur le 4) c’est un chalenge, peut être l’aboutissement de la démarche
Sans filet, pas de prof de violon à l’horizon, se retrouver peut être le seul violoniste du stage au milieu des sax, trompettes …

  • J’ai eu une expérience un peu difficile à Marciac en 2011, ils avaient annoncé Airelle Besson comme prof violoniste. En fait c’est une super trompettiste qui joue aussi du violon. Mais elle ne l’avait pas amené. http://www.jazzinmarciac.com/stages
  • Cette année je retente le coup au Jazz Campus de Cluny. Un stage qui a l’air bien dynamique avec un atelier animé par le violoncelliste Vincent Courtois.
    http://www.jazzcampus.fr/

Et enfin le 5) pourquoi courir si loin alors que l’important c’est bien sûr de développer un réseau de contact musicaux près de chez soi.
Damned, il n’y aura sans doute pas de prof de violon.

 

Bonne route et je suis curieux de savoir ce que vous allez glaner de votre côté.
Allez à la découverte et n’oubliez pas le dico ou la collection « assimil de poche » El català en la butxaca

Pierre-Henri

 

 

Vous aimez les conseils de Pierre Henri ? Vous avez envie d’en savoir plus ?
Vous pouvez le contacter directement dans les commentaires ci-dessous, ou m’envoyer un mail que je lui ferai suivre.

Je veux recevoir les prochains articles du BLOG "improviser-au-violon" Je recevrai en cadeau le e-book "démarrer l'improvisation au violon"



Vos commentaires ci-dessous sont les bienvenus !